LIQUEUR

Prononciation : li-keur
Nature : s. f.

1Substance liquide. L'eau est la plus abondante des liqueurs.
[Elle] Lui forme un nouveau sang avec cette liqueur , CORN. , Médée, I, 1
De nouveaux rejetons qui, comme autant de bouches, Attirent l'aliment et forment la liqueur Qui de l'arbre au printemps fait toute la vigueur , PERRAULT , à la Quintinie, dans RICHELET
À peine ai-je senti cette liqueur traîtresse, Que de ces vins mêlés j'ai reconnu l'adresse , BOILEAU , Sat. III
Si nous entendions dire aux Orientaux qu'ils boivent ordinairement d'une liqueur qui leur monte à la tête, leur fait perdre la raison et les fait vomir, nous dirions : cela est bien barbare , LA BRUY. , XII
2Liqueurs spiritueuses, ou, absolument, liqueurs, certaines boissons dont la base est l'eau-de-vie ou l'esprit-de-vin. Marchand de liqueurs. La liqueur des Chartreux. Le curaçao est une bonne liqueur.
Les garçons et les filles de l'hôtellerie versaient plusieurs liqueurs faites de canne de sucre , VOLT. , Candide, 17 Liqueur de ménage, liqueur qu'on fait chez soi. Le cassis est une liqueur de ménage.
3En poésie, la liqueur bachique, le vin.
J'ai banni loin de moi cette liqueur traîtresse Qui nourrit des humains la brutale faiblesse , VOLT. , Fanat. II, 4
4Vins de liqueur, vins doux et capiteux qu'on boit en petite quantité, à l'entremets et au dessert.
Un grand verre de vin de liqueur , SÉV. , 181 On dit en général qu'un vin a de la liqueur quand il est chargé d'alcool, ce qui est en proportion de la douceur du moût ou vin nouveau. Particulièrement. Ce vin a de la liqueur, trop de liqueur, se dit d'un vin ordinaire qui a trop de douceur.
5Liqueurs fraîches, boissons rafraîchissantes, telles que la limonade, l'eau de groseille, de grenade, etc. 6Absolument. Eau de son pour préparer les étoffes destinées à la teinture. 7Terme de chimie. Liqueur d'épreuve, nom donné à certaines liqueurs propres à faire connaître la force décolorante du chlore et, par conséquent, la quantité réelle de chlore que possède la substance éprouvée ; ce sont des solutions d'amidon dans l'iodure de potassium, ou de chlorure de manganèse, et, plus ordinairement, une dissolution d'indigo dans l'acide sulfurique et l'eau. Liqueur normale, voy. TITRÉ. Liqueur fumante de Boyle, nom qu'on avait donné anciennement au sulfhydrate d'ammoniaque liquide, parce que ce liquide fume à l'air, et que Boyle est le premier qui l'ait séparé. Liqueur fumante de Libavius, deutochlorure d'étain, ainsi appelé parce qu'il fume à l'air et qu'il a été découvert par Libavius. Liqueur des Hollandais, chlorure d'hydrogène bicarboné. Liqueur de Van Swieten, dissolution de 60 centigrammes de sublimé corrosif dans un kilogramme d'eau-de-vie. Liqueur des cailloux, dissolution de silice dans la potasse liquide. Liqueur de Labarraque, chlorure de soude liquide. XIIIe s.
Le [la] likeur des roisins , ALEBRANT , f° 52
Fere garder justement teles mesures qu'on a usé de lonc tans, soit à grain, soit en liqueur, soit en heritages , BEAUMANOIR , XXVI, 13
XVe s.
En buvant vin de grant liqueur , E. DESCH. , Poésies mss. f° 408
Je te cheris [le vin] toujours comme ma propre vie ; Sans toi, bonne liqueur, que seroit-ce de moi ? , BASSELIN , VIII
Buvons des pommiers les liqueurs, Ou bien de la plante tortue , BASSELIN , LI
XVIe s.
Vin, qui n'a goust ne liqueur , J. MAROT , V, 291
Provenç. liquor, licor ; espagn. licor ; ital. liquore ; du lat. liquorem, d'un radical liqu, qui est dans liquefacere, fondre, liquere, être clair, et liquidus, liquide, et pour lequel on n'a que des analogies incertaines dans le sanscrit.