liquefaction

Prononciation : L'Académie dit qu'on prononce li-kué-fa-ksion ; mais plusieurs aussi disent li-kéfa-ksion ; ce qui v
Nature : s. f.

1État de ce qui est rendu liquide.
Dans ce premier temps, où la terre en fusion, tournant sur elle-même, a pris sa forme et s'est élevée sur l'équateur en s'abaissant sous les pôles, les autres planètes étaient dans le même état de liquéfaction , BUFF. , 1re époq. nat. Oeuv. t. XII, p. 58, dans POUGENS
La consternation y serait très grande [à Naples] et presque générale, si la liquéfaction [du sang de saint Janvier] ne s'opérait pas ; aussi est-il très rare qu'elle manque , DUCLOS , Voy. Ital. Oeuv. t. VII, p. 145
2Fig. Terme de dévotion. État du coeur qui se fond par la chaleur de la dévotion comme un métal par la chaleur du feu.
La joie n'est qu'un épanouissement du coeur et, si j'ose me servir d'un terme dont la dévotion s'est saisie, une certaine liquéfaction intérieure , CORN. , Disc. à l'Académie
Tout ce qui coule au coeur de doux saisissements, De liquéfactions, d'épanouissements, Marque bien les effets de ma grâce présente , CORN. , Imit. III, 6
XIVe s.
Et est fait sain [graisse] de chascun d'euls [reins et boyaux] par liquefacion , H. DE MONDEVILLE , f° 10
Provenç. liquefactio ; esp. liqueffaccion ; ital. liquefazione ; du lat. liquefactionem, de liquefacere, liquéfier.