LION, ONNE

Prononciation : li-on, o-n'
Nature : s. m. et f.

1Quadrupède carnivore, très courageux, qui habite principalement l'Afrique ; le mâle a le cou entouré d'une crinière.
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, Bat l'air qui n'en peut mais.... , LA FONT. , Fabl. II, 9
Le lion, terreur des forêts, Chargé d'ans, et pleurant son antique prouesse, Fut enfin attaqué par ses propres sujets, Devenus forts par sa faiblesse , LA FONT. , ib. III, 14
Ce héros [Achille] si terrible au reste des humains.... Suça même le sang des lions et des ours , RAC. , Iphig. IV, 1
Et comme ce lion mystérieux dont il est parlé dans l'histoire de Samson, il suffisait presque de l'avoir déchiré pour trouver dans sa bouche le miel de la douceur et la rosée des grâces , MASS. , Or. fun. Villars.
Il rendit ses passions dociles à la raison.... et, comme ce pieux roi d'Israël, il se joua dans sa jeunesse avec les lions, ainsi qu'on se joue avec les agneaux les plus doux et les plus traitables , MASS. , Or. fun. Villeroy.
Les lions de la plus grande taille ont environ huit ou neuf pieds de longueur depuis le mufle jusqu'à l'origine de la queue, qui est elle-même longue d'environ quatre pieds , BUFFON , Lion.
Le lion, pris jeune et élevé parmi les animaux domestiques, s'accoutume aisément à vivre et même à jouer innocemment avec eux ; il est doux pour le maître et même caressant, surtout dans le premier âge, et, si sa férocité naturelle reparaît quelquefois, il la tourne rarement contre ceux qui lui ont fait du bien , BUFFON , ib.
L'extérieur du lion ne dément point ses grandes qualités intérieures, il a la figure imposante, le regard assuré, la démarche fière, la voix terrible , BUFF. , Lion
...Du nord au midi, sur la création Hercule promenait l'éternelle justice Sous son manteau sanglant, taillé dans un lion , A. DE MUSS. , Rolla. Fig.
Ce sera dompter des lions que d'assujettir notre impétueuse colère ; nous dominerons les animaux venimeux, quand nous saurons réprimer les haines, les jalousies, les médisances , BOSSUET , Élév. sur myst. IV, 8
Il faut coudre la peau du renard à celle du lion, il faut joindre la ruse, la prudence à la valeur.
Quand on lui représentait [à Lysandre] que les descendants d'Hercule ne devaient pas employer à la guerre la ruse et la fraude, il leur disait d'un ton moqueur : Partout où la peau du lion ne peut atteindre, il faut y coudre celle du renard , Trad. de PLUTARQUE, Lys. 8
C'est l'âne couvert de la peau du lion, se dit d'un faux brave qui prend un ton menaçant. Dans le monde des précieuses, on avait donné le surnom de la Lionne à Mlle Paulet.
L'ardeur avec laquelle elle aimait, son courage, sa fierté, ses yeux vifs, et ses cheveux trop dorés, lui firent donner le surnom de Lionne , TALLEMANT DES RÉAUX , Historiettes, t. IV, p. 12
Le partage du lion, tout d'un côté et rien de l'autre, par allusion à la fable où la chèvre, la génisse et la brebis sont en société avec le lion. Fig. Battre le chien devant le lion, se dit, lorsque, quelqu'un ayant fait une faute dont on n'ose le reprendre directement, on reprend un autre devant lui de la même faute. Fig. C'est un lion, un vrai lion, c'est-à-dire il est hardi comme un lion, il est très brave. Coeur de lion, un homme vaillant et magnanime.
Encor si ce banni n'eût rien aimé sur terre ! Mais les coeurs de lion sont les vrais coeurs de père , V. HUGO , Chants du crépuscule, V
Se défendre comme un lion, se défendre avec un très grand courage. Familièrement. Être comme un lion, comme un petit lion, montrer beaucoup de chaleur, d'emportement, de colère dans un débat.
Enfin j'étais comme un petit lion , MARIV. , Marianne, 1re part.
Fig. C'est une lionne, une vraie lionne, elle est comme une lionne, se dit d'une femme en fureur. Fig. Le lion populaire, le peuple déchaîné dans quelque grande et vaillante action.
J'ai vu pendant trois jours, j'ai vu, plein de colère, Bondir et rebondir le lion populaire , AUG. BARBIER , Iambes, Le lion.
2Fig. Homme hardi et courageux.
Et lions au combat, ils [les chrétiens] meurent en agneaux , CORN. , Poly. IV, 6
S'il y eut jamais une conjoncture où il fallut montrer de la prévoyance et un courage intrépide, ce fut lorsqu'il s'agit d'assurer la garde des trois illustres captifs [le prince de Condé et les deux autres princes].... mais où garder des lions toujours prêts à rompre leurs chaînes ? , BOSSUET , le Tellier.
[ô Dieu] Accompagne mes pas Devant ce fier lion [Assuérus] qui ne te connaît pas , RAC. , Esth. I, 4
Ces lions que leur maître avait rendus plus doux , VOLT. , Brut. I, 3
Peut-être qu'en secret je tirais vanité D'adoucir ce lion dans mes fers arrêté , VOLT. , Orphel. I, 1
La sultane, par une secrète inclination dont presque toutes les femmes se sentent surprises en faveur des hommes extraordinaires, même sans les avoir vus, prenait hautement dans le sérail le parti de ce prince [Charles XII] ; elle ne l'appelait que son lion : Quand voulez-vous donc, disait-elle quelquefois au sultan son fils, aider mon lion à dévorer ce czar ? , VOLT. , Charles XII, 5
Vous êtes mon lion superbe et généreux , V. HUGO , Hernani, III, 4
3Lion marin, sorte de phoque, nom donné, par Dampier, au macrorrhin proboscidé (phocacés) ; par Steller, à l'otarie de Steller (phocacés) ; par Pernetty, au platyrrhynque léonin (phocacés), qui est l'otarie à crinière de certains auteurs ; lion marin de la petite espèce, nom imposé par Pernetty à l'otarie molossine ; jeune lion marin de la Californie, nom sous lequel Choris a désigné l'otarie californienne, LEGOARANT.
Innigo de Biervillas dit qu'on tua près du cap de Bonne-Espérance un lion marin, qui avait dix pieds de longueur et quatre de grosseur, la tête comme celle d'un veau d'un an, de gros yeux affreux, les oreilles courtes, avec une barbe hérissée , BUFF. , Quadrup. t. VI, p. 331
4Terme d'astronomie. Lion de Némée ou Lion cléonien (ainsi dit de Cléones dans l'Argolide), une des constellations du zodiaque (on met une majuscule). Petit Lion, constellation boréale placée entre le Lion et la grande Ourse. Le cinquième signe du zodiaque, c'est-à-dire le signe qui, à raison de la révolution annuelle de la terre, semble parcouru, à peu près du 20 juillet au 20 août, par le soleil (voy. SIGNE pour la différence entre signe et constellation).
Le droit a ses époques : l'entrée de Saturne au Lion nous marque l'origine d'un tel crime , PASC. , Pens. III, 8, éd. HAVET.
Tout l'été, loin de toi, demeurant au village, J'y passe obstinément les ardeurs du Lion , BOILEAU , Épît. VI
Là, quand de thermidor la septième journée Sous les feux du Lion ramènera l'année , M. J. CHÉNIER , la Calomnie.
5Terme venu d'Angleterre, et qui, par allusion aux lions de la tour de Londres visités par tous les voyageurs, a été appliqué d'abord à des personnages célèbres à un titre quelconque que la haute société invitait pour se faire honneur de leur présence. Le lion du jour. Se dit, par extension, de jeunes gens riches, élégants, libres dans leurs moeurs, et qui affectent une certaine originalité, et particulièrement font de grandes dépenses. C'est un lion.
On sait que la race à laquelle le lion appartient a toujours vécu en France sous divers noms ; ainsi le lion s'est appelé autrefois raffiné, muguet, homme à bonnes fortunes, roué ; plus tard muscadin, incroyable, merveilleux ; dernièrement enfin dandy et fashionable ; aujourd'hui c'est lion qu'on le nomme , FR. SOULIÉ , le Lion amoureux, § 1
Lionne se dit d'une femme qui a à peu près le même genre de vie et les mêmes prétentions.
C'est ma maîtresse, ma lionne , A. DE MUSSET , l'Andalouse.
Je ne suis pas une lionne le moins du monde ; je suis une femme, entendez-vous ? tout ce qu'il y a de plus femme , CH. DE BERNARD , la Peau du lion, IX
6Terme de blason. Lion dragonné, monstre, moitié lion, moitié serpent, qui figure dans quelques armoiries. Lion d'hermine, lion couvert d'une fourrure d'hermine. Lion de Saint-Marc, lion ailé, symbole de l'ancienne république de Venise. Lion de Belgique, animal héraldique qui a figuré dans les armoiries des différentes provinces des Pays-Bas, depuis les croisades.
En vain au lion belgique Il voit l'aigle germanique Uni sous les léopards , BOILEAU , Ode sur la prise de Namur On dit plus souvent aujourd'hui le lion belge.
7Terme de marine. Pièce de bois servant à relier la tête des épontilles de la cale avec le pont. Pièce de bois sculptée qui orne le dessous du beaupré. Fosse aux lions ou aux liens, magasin où l'on sert divers cordages. 8Lion, monnaie, sous le règne de François 1er, qui portait la figure de cet animal, valait 53 sols 9 deniers, et pesait 3 deniers 5 grains. Lion d'or, lion d'argent, monnaies de Belgique. 9Chien-lion, sorte de chien.
L'épagneul et le petit danois produisent le chien-lion, qui est maintenant fort rare , BUFF. , Quadrup. t. I, p. 370
10Lion des pucerons, nom donné à des larves d'hémérobes. 11Terme d'alchimie. Lion vert, le mercure philosophal et la teinture du vitriol. Lion rouge, le plomb suroxydé ou minium. 12Dent de lion, pissenlit. À l'ongle on connaît le lion, c'est-à-dire on juge d'un homme par le moindre acte qui le dénote, d'une chose par le moindre échantillon. Un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort. XIe s.
Vus lui durrez [donnerez] ors [ours] et leons et chiens , Ch. de Rol. III
XIIe s.
Il fiert Gerin en l'escu à lion , Ronc. 76
Et en bataille hardi come lion , ib. 126
XIIIe s.
Ours ne lion n'est ne beste sauvage, Qui, tel foiz est, ne freigne son vouloir De faire mal et ennui et domage , EUST. LE PEINTRE , dans Couci.
Et fu acompli la prophesie que on dist que Merlins avoit dit ; car il dist que li dous lions de France morroit à Monpansier , Chr. de Rains, p. 178
XIVe s.
Et aussi le lyon ne se esjoit pas en oïr la voix du beuf, mes pour le beuf mengier , ORESME , Eth. 93
XVe s.
Qui chevalier est.... doit estre fier et hardi comme un lion quand il a le bassinet en la teste , FROISS. , II, III, 19
XVIe s.
Il n'y eut jamais bon marché des peaux de lions , COTGRAVE ,
Nos princes mignons Qui ont beaucoup du singe et fort peu des lions , D'AUBIGNÉ , Tragiques, princes.
Provenç. leo, leona, leonessa ; espagn. leon ; portug. leão, leoa ; ital. leone ; du lat. leonem, qui vient du grec. Selon Pictet, le grec, viendrait du sanscrit lavant, participe présent du radical lu, déchirer ; il est certain que l'hiatus des voyelles fait supposer un F intermédiaire, et que le grec est une forme de participe présent.