LIMITER

Prononciation : li-mi-té
Nature : v. a.

1Donner des limites. La mer limite ce royaume au midi et au couchant. Fig. Limiter le pouvoir, les droits, l'autorité. Limiter un temps, un prix, un congé.
Et qu'arrivant l'heure prescrite, Que le trépas, qui tout limite, Nous privera de sa valeur [de Henri IV] , MALH. , II, 3
Les états assemblés, organes de la France, Nomment un souverain, limitent sa puissance , VOLT. , Henr. VI
2Se limiter, v. réfl. Se donner des limites. Un pouvoir qui se limite lui-même. XIVe s.
Fini, c'est chose terminée, limittée et certaine , ORESME , Eth. 46
La puissance de tel roy est estroitement limitée , ORESME , Thèse de MEUNIER.
Les papes.... feroient bien de soy adviser et d'estre contens des termes que Dieu leur a estably et limitez , le Songe du vergier, 55
XVIe s.
Sans luy limiter sa puissance , AMYOT , Solon, 27
La raison lui trace et limite quelques bornes [à la passion], et lui establit quelque ordre , AMYOT , De la vertu morale, 8
Si de peu de saisons ma vie est limitée , DESPORTES , Élégies, II, 5, Advanture seconde.
Provenç. et espagn. limitar ; ital. limitare ; du lat. limitare, de limes, limite.