LIMER

Prononciation : li-mé
Nature : v. a.

1Travailler avec la lime. Limer un canon de fusil. Fig.
Les jeunes gens me disent : tout chemine ; à petit bruit chacun lime ses fers ; La presse éclaire, et le gaz illumine , BÉRANG. , la Comète.
2Fig. Faire subir à un ouvrage d'esprit un travail de correction comparé au travail de la lime sur le fer.
De la prose Que l'art lime et relime , RÉGNIER , Sat. IX
C'est ordinairement la peine que s'est donnée un auteur à limer et à perfectionner ses écrits, qui fait que le lecteur n'a point de peine en les lisant , BOILEAU , 6e préface.
Il n'avait jamais su ou voulu savoir ce que c'était que de limer un ouvrage , MAIRAN , Éloge de Petit.
Jugez si j'ai du temps de reste pour limer une tragédie , VOLT. , Lett. d'Argental, 15 avr. 1767 Absolument.
Mérite un tel succès ; compose, efface, lime , VOLT. , Disc. 3
3Se limer, v. réfl. En un sens figuré, chercher dans sa tête.
Mais tant plus je me lime et plus je me rabote , RÉGNIER , Sat. XI
XIIIe s.
Molt a le cuer et triste et noir ; Sor son cors a mis molt fort lime ; Car sa pensée ki li lime Le cuer et ret [rase] par là dedans.... , GUI DE CAMBRAI , Barl. et Jos. p. 29
XVIe s.
Il fault frotter et limer nostre cervelle contre celle d'aultruy , MONT. , I, 164
On ne trouvoit pas ces vers assez limez pour estre mis en lumiere , MONT. , IV, 342
Provenç. et espagn. limar ; catal. llimar ; ital. limare ; du lat. limare. En termes de salines, vider, dessécher. Limer un marais salant. Lat. limus, limon : ôter le limon.