LIGUE

Prononciation : li-gh'
Nature : s. f.

1Union de plusieurs princes ou États pour se défendre et pour attaquer. Ligue offensive. Ligue défensive.
En 1537, pendant que Bucer continuait à négocier avec les Suisses, les luthériens se trouvèrent à Smalcalde, lieu ordinaire de leurs assemblées, et où se sont traitées toutes leurs ligues , BOSSUET , Var. IV, § 33
Que peuvent contre lui [Dieu] tous les rois de la terre ?.... Pour dissiper leur ligue il n'a qu'à se montrer , RAC. , Esth. I, 3
S'il entrait dans leur ligue contre les Dauniens , FÉN. , Tél. XI
Il assure qu'un tel prince renonce à la ligue et quitte ses confédérés , LA BRUY. , X. Ligue de Souabe, confédération qui se forma en Allemagne, en 1448, pour garantir la paix publique, et protéger les particuliers contre les brigandages des nobles. Ligue du bien public, ligue formée contre Louis XI par les princes et seigneurs français. Ligue sainte, ligue de Cambrai, celle que le pape Jules II forma contre les Vénitiens. Ligue d'Augsbourg, ligue formée contre Louis XIV par la plupart des souverains de l'Europe (en 1687).
2Ligues grises, les trois petites républiques qui composaient le corps des Grisons. 3Associations et complots entre particuliers pour des intérêts politiques.
Combien pour le répandre [le sang] a-t-il [Octave] formé de brigues ! Combien de fois changé de partis et de ligues ! , CORN. , Cinna, I, 3
Envieux l'un de l'autre ils mènent tout par brigues, Que leur ambition tourne en sanglantes ligues , CORN. , ib, II, 1
...dans ces tristes temps de ligues et de haines , VOLT. , Adél. du Guesclin. I, 2 La sainte Ligue, ou, absolument, la Ligue (avec une majuscule), union des catholiques formée en France à la fin du XVIe siècle pour combattre le protestantisme, et qui fut amenée à faire la guerre aux rois Henri III et Henri IV.
Les troubles de Flandres et les intrigues de la Ligue en France coûtèrent à ce même Philippe II, de son propre aveu, plus de trois mille millions de livres de notre monnaie d'aujourd'hui , VOLT. , Moeurs, 145
Fig. Vive le roi, vive la Ligue, se dit de ceux qui ne prennent aucun parti dans un différend ou dans les discordes civiles, et qui sont toujours pour le plus fort.
Le sage dit selon les gens : Vive le roi, vive la Ligue , LA FONT. , Fabl. II, 5
4Cabales pour différents intérêts.
Si l'on joue quelques marquis, je trouve qu'il y a bien plus de quoi jouer les auteurs, et que ce serait une chose plaisante à mettre sur le théâtre.... leurs ligues offensives et défensives, aussi bien que leurs guerres d'esprit et leurs combats de prose et de vers , MOL. , Critique, 7
XVe s.
Ces vieilles ligues d'Allemaigne qu'on appelle suysses , COMM. , V, 1
XVIe s.
Mais dites-moy, que signifie Que les ligueurs ont double croix [la double croix de Lorraine] ? C'est qu'en la Ligue on crucifie Jesus Christ encore une fois , Sat. Ménippée, éd. LABITTE, p. 249
Espagn. liga ; ital. lega ; bas-lat. liga, action de lier ; du lat. ligare, lier.