LICITE

Prononciation : li-si-t'
Nature : adj.

Qui n'est défendu par aucune loi, par aucune autorité.
Celui qui prend sa course avec tant d'ardeur dans cette vaste carrière des choses licites, doit craindre qu'étant sur le bord, il ne puisse plus retenir ses pas , BOSSUET , Sermons, Vêture, Mlle de Bouillon, 1
La grâce de l'épiscopat imprime cette mort plus avant quant à l'usage même licite des créatures ; il faut qu'ils meurent aux plaisirs, même légitimes, par la continence , FLÉCH. , Panég. II, 444 Substantivement. Le licite, ce qui est licite.
Le licite [dans l'amour], loin d'empêcher son contraire, le provoque ; en un mot, ce qui vient par réflexion n'éteint pas ce que l'instinct produit , BOSSUET , Comédie, 5
LICITE, PERMIS. Ce qui est licite n'est défendu par aucune loi, par aucune autorité. Ce qui est permis était défendu naguères. XIVe s.
C'estoit chose leue que.... , BERCHEURE , f° 75
XVe s.
Un noble jou [jeu] te fault attendre ; C'est des eschecs qui est licite, Et à touz biens les gens incite , Hist. litt. de la Fr. t. XXV, p. 35
XVIe s.
On allumoyt cinq flambeaux de cire ; et n'estoit licite d'en allumer plus, feust es nopces des plus riches , RAB. , Pant. III, 20
Lat. licitus, permis, qui a donné régulièrement leu, et qui vient de licere (voy. LICET).