LEVRAUT

Prononciation : le-vrô ; le t ne se prononce et ne se lie jamais : un le-vrô à la broche ; au pluriel, l's se lie :
Nature : s. m.

1Jeune lièvre. Grand levraut de trois quarts.
Voici un étrange mois d'octobre.... notre marquis [le jeune Grignan qui était alors au siége de Philisbourg] n'avait de chagrin dans les autres [mois] que d'avoir manqué un levraut ou un perdreau, toujours par quelque accident , SÉV. , 13 oct. 1688
Il [Camus] assure que, pour avoir de la mémoire, il faut manger du chapon, du levraut et des alouettes, et surtout se bien garder des oignons et du beurre ; cela fut imprimé en 1769 avec approbation et privilége du roi , VOLT. , Dict. phil. Passions.
2Nom d'une espèce de chardon la plus commune qui croît sur les bords des grands chemins. Un levraut dans un buisson n'est pas viande prête à manger. XVIe s.
Il a bien prins de moy une beccasse, Une perdrix, et un levraut aussi , MAROT , II, 88
Il y a levrault au croc , COTGRAVE ,
Et tua de ses pieds dix ou douze que levraulx, que lapins, qui jà estoient hors de page , RAB. , Pant. II, 26
Diminutif de lièvre.