latinite

Prononciation : la-ti-ni-té
Nature : s. f.

Manière de parler ou d'écrire en latin ; qualité de ce qui est ou n'est pas latin. Fixer, déterminer la latinité d'un mot, d'une phrase.
Êtes-vous bien assuré que Quinte-Curce ait vécu sous Tibère ? il y en a qui prétendent que c'est sous Auguste, poussés à cela par sa belle latinité , GUI PATIN , Lettres, t. II, p. 558
Justin, dont la latinité n'est pas bien pure , ROLLIN , Traité des Ét. I, 3
Le P. Deschamps, ayant un jour entendu par hasard le jeune docteur dans une leçon aux écoles de médecine, fut si touché de sa belle latinité, que.... , FONTEN. , Dodart.
De fréquents barbarismes, une latinité africaine, déshonorent les ouvrages de ce grand orateur [Tertullien] , CHATEAUBR. , Génie, III, IV 2 Latinité ecclésiastique, la phraséologie des Pères de l'Église latine. La basse latinité, synonyme de bas-latin (voy. LATIN).
La constitution qu'on appelle bulle d'or, à cause du sceau d'or qu'on nommait bulla dans la basse latinité , VOLT. , Moeurs, 70
Latinité ou droit latin, priviléges accordés par Rome aux villes du Latium.
XIVe s.
Combien que la très haute maniere du parler et la profonde latinité que ha Titus Livius soit excedent mon sens , BERCHEURE , f° 1
Lat. latinitatem, de latinus, latin.