LARVE

Prononciation : lar-v'
Nature : s. f.

Terme d'antiquité. Génie malfaisant, qu'on croyait errer sous des formes hideuses.
Filles de l'Achéron, pestes, larves, furies , CORN. , Médée, I, 4
Voilà que de partout, des eaux, des monts, des bois, Les larves, les dragons, les vampires, les gnomes... , V. HUGO , Ball. XI Par extension.
Elle [la vérité] regarde ces larves [les philosophes du XVIIIe siècle], et tous sont retombés dans leur fauteuil, tremblants comme le feuillage que les vents agitent , GILB. , le Carnaval des auteurs.
Lat. larva, fantôme, masque. Le sens primitif de larva est fantôme ; on le rattache à lara, larunda, déesse des morts. Terme d'entomologie. Premier état des insectes, celui dans lequel ils se trouvent après leur sortie de l'oeuf, époque à laquelle leur forme est pour ainsi dire déguisée ou masquée sous celle de ver. La chenille est la larve du papillon. Se dit quelquefois des reptiles batraciens à l'état de têtards. Demi-larve, larve des orthoptères qui n'a pas l'apparence vermiforme comme celle des autres insectes. Lat. larva, masque (voy. LARVE 1) ; parce que l'insecte ailé est pour ainsi dire masqué dans la chenille.