LANTERNER

Prononciation : lan-tèr-né

1V. n. Être irrésolu, perdre le temps.
Je n'ai jamais pu m'imaginer la raison pour laquelle le cardinal lanterna tant les cinq ou six derniers jours , RETZ , III, 58
Nous ne pouvions quitter cette abbaye ; vous savez comme on s'amuse à lanterner à ce petit pont, il faisait un temps admirable , SÉV. , 410
D'Hacqueville lanterne tant pour la Carnavalette [l'hôtel Carnavalet], que je meurs de peur qu'il ne le laisse aller , SÉV. , 19 sept. 1677
Connaissant votre impatience, et qu'il ne faut pas lanterner avec vous , HAMILT. , Gramm. 7
Si le parti convient, à quoi bon lanterner ? , DESTOUCHES , Phil. mar. IV, 3
Vous feriez bien mieux, monsieur le raisonneur, de me payer mes cent écus et les intérêts, sans lanterner , BEAUMARCH. , Barb. de Sév. III, 5
2V. a. Retarder, remettre, amuser.
Passons, lui dit la Hubert, dans le cabinet des bains, nous pourrons y causer un moment, sans craindre que quelque sotte visite nous vienne lanterner , HAMILT. , Gramm. 9 Dire des choses frivoles et ridicules. Je ne sais ce qu'il me vient lanterner tous les jours. Ennuyer, fatiguer.
Dieu fait tout pour le mieux, reprit le maréchal : la plus belle du monde [Mme de Montbazon] commençait à me lanterner, lorsqu'elle mourut , SAINT-ÉVREMOND , Convers. du maréchal d'Hocquincourt avec le P. Canaye
Tu commençais à me lanterner l'esprit par toutes ces tracasseries et ces changements d'humeur , HAMILTON , le Bélier (Hist. de Pertharite et de Férandine)
3Mettre à la lanterne, s'est dit, pendant la Révolution, pour pendre à la lanterne sans forme de procès (voy. LANTERNE). XIVe s.
Icelli Jehan dist au suppliant moult de villenies en l'appellant pluseurs fois filz de putain et en le lanternant [injuriant, cette acception paraît venir d'un sens obscène qu'a eu lanterne] , DU CANGE , laterna.
XVIe s.
Lanterner autour du pot , OUDIN , Curios. franç.
Lanterner une personne , OUDIN , ib.
Lanterne, dans le sens que lui donne Rabelais avec son île des Lanternes, sans oublier le sens injurieux que lanterner eut dès le XIVe siècle.