LANGOUREUX, EUSE

Prononciation : lan-gou-reû, reû-z'
Nature : adj.

1Qui est en langueur (sens qui vieillit). Il a été longtemps malade, il est encore tout langoureux. 2Qui affecte la langueur, en parlant des personnes. Un homme langoureux. Même sens, en parlant des choses. Il a un air langoureux. Substantivement. Faire le langoureux auprès d'une femme, lui faire la cour d'une manière fade.
Faudra-t-il de sang-froid, et sans être amoureux, Pour quelque Iris en l'air faire le langoureux ? , BOILEAU , Sat. IX
3Qui a la langueur de l'amour. Un regard langoureux.
Sur sa lèvre entr'ouverte un désir vague expire, Ou s'épand sur sa bouche en langoureux sourire , LAMART. , Joc. III, 114
Mme d'Épinay, les boucles de cheveux pendantes, un cordon bleu au front, langoureuse en face de Grimm , SAINTE-BEUVE , Critiques, art. Diderot.
4Terme de musique. Il indique un mouvement un peu lent et une exécution sans vibration et sans recherche dans les agréments. XVe s.
Amoureuses et amoureux, Qui d'amour savez la couvine [avez l'intelligence], Faictes secours au langoureux , EUST. DESCH. , Ball. sur le sein des femmes.
XVIe s.
Delibera d'un assaut amoureux Rendre mon coeur pour une [dame] langoureux , MAROT , I, 160
Les maladies se mirent peu de jours après entre iceux, tant violentes que langoureuses , LANOUE , 660
.... Pourveu que je peusse estre Tousjours auprès de vous doucement langoureux , DESPORTES , Diverses amours, XL, Stances pour le duc d'Anjou.
Langueur. LANGOUREUX. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
Et les poures, vious [vieux] et mendis, Contrais, langerous et truans , PH. MOUSKES , Chronique, V. 26262