LANCIER

Prononciation : lan-sié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des lan-sié-z équipés
Nature : s. m.

1Cavalier dont l'arme principale est la lance.
Le roi ordonna aux lanciers de n'avoir que des lances de cinq pieds de long , ABBÉ DE CHOISI , Hist. du roi Jean, I, 9
Ces malheureux [un régiment de chasseurs à cheval], se sentant sacrifiés, marchaient avec hésitation à une perte certaine ; aussi, dès le premier mouvement que firent les lanciers de la garde russe, tournèrent-ils le dos , SÉGUR , Hist. de Nap. IV, 8 Fig. Un rude lancier, un rude jouteur, un rude adversaire.
C'est un lancier bien rude à qui s'ose y jouer , TH. CORN. , D. Bertr. de Cigaral, IV, 2
2Terme de plombier. Espèce de gouttière. 3Terme de danse. Le lancier ou les lanciers, espèce de quadrille remarquable par les saluts que se font le cavalier et sa dame, importé d'Angleterre en France vers 1854 ; il se compose de cinq figures nommées les tiroirs, les lignes, les moulinets, les visites et les lanciers. Les lanciers, cinquième et dernière figure du quadrille de ce nom ; elle est assez compliquée pour qu'on ne la décrive pas ici. XVIe s.
En faveur du lancier, on peut aussi mettre en avant qu'il est mieux monté, et a la tenue plus ferme que l'autre , LANOUE , 309
Un quarré de mille chevaux lanciers , D'AUB. , Hist. II, 393
Provenç. lancier ; espagn. lancero ; ital. lanciero ; du lat. lancearius, de lancea, lance.