LAMENTABLE

Prononciation : la-man-ta-bl'
Nature : adj.

1Qui fait naître des lamentations.
Destin lamentable , MAIRET , M. d'Asdrubal, V, 4
Sort lamentable , TRIST. , M. de Chrispe.
Des fureurs de ces temps exemple lamentable , VOLT. , Henr. VIII
[Les gens de Lisbonne lors du tremblement] Enterrés sous leurs toits, terminent sans secours, Dans l'horreur des tourments, leurs lamentables jours , VOLT. , Désastre de Lisb.
2Qui a le caractère de la lamentation.
Je n'entends plus en l'air que des voix lamentables qui diront : le grand Car est mort [on disait que l'Académie voulait supprimer comme vieilli le mot car] , VOIT. , Lett. 53
Ce vieillard vénérable A jeté dans mes bras un cri si lamentable , VOLT. , Fanat. IV, 4
Vous criez : tout est bien, d'une voix lamentable , VOLT. , Désast. Lisb.
LAMENTABLE, DÉPLORABLE. Ce qui est lamentable excite des lamentations ; ce qui est déplorable excite des pleurs. Il n'y a pas d'autre distinction, quand on dit : La situation de ces personnes est déplorable ou lamentable. De plus, lamentable a le sens actif et passif : une voix lamentable, c'est-à-dire une voix qui lamente, et un destin lamentable, c'est-à-dire digne d'être lamenté, tandis que déplorable n'a que le sens passif. XVe s.
Jà soit ce que le cas de la douloureuse, lamentable et inhumaine mort de votre seul frere germain soit en vostre memoire infichée , MONSTREL. , I, 77
XVIe s.
Veux-je me plaindre une autre fois, Et, par mes accents lamentables, Tascher à rendre pitoyables Les monts, les rochers et les bois ? , DESPORTES , Oeuvres chrest. XVIII, Ode.
Gemissements et voix lamentables d'un homme mourant en angoisse , MONT. , II, 131
Ital. lamentabile ; du lat. lamentabilis, de lamentari, lamenter.