LAMBEAU

Prononciation : lan-bô
Nature : s. m.

1Partie détachée et déchirée.
On eût dit, à les voir [les martyrs], qu'à mesure qu'on leur enlevait quelque lambeau de leur chair, leur âme s'en serait trouvée beaucoup allégée, comme si on les eût déchargés d'un pesant fardeau , BOSSUET , Panég. St Gorgon, 2
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux Que des chiens dévorants se disputaient entre eux , RAC. , Athal. II, 5 Terme de chirurgie. Amputation à un seul lambeau, à deux lambeaux, amputation dans laquelle on fait un ou deux lambeaux pour recouvrir la plaie, par opposition à amputation circulaire. Il se dit, en particulier, de morceaux d'étoffes déchirées.
Il n'était point couvert de ces tristes lambeaux Qu'une ombre désolée emporte des tombeaux , CORN. , Poly. I, 3
Je l'ai trouvé couvert d'une affreuse poussière, Revêtu de lambeaux, tout pâle.... , RAC. , Ésth. II, 1
Caché sous les lambeaux de l'obscure indigence , LEGOUVÉ , Épich. et Nér. V, 2
Des pauvres en lambeaux, des pauvres qui n'ont que des vêtements en pièces.
2Fig. Partie considérée comme arrachée, déchirée d'un tout.
Verrais-je d'un oeil sec déchirer par lambeaux Une succession qui doit, par parenthèse, Vous rendre un jour heureux et nous mettre à notre aise ? , REGNARD , Légat. I, 2
Les membres de la Convention n'ont offert que des talents tronqués et des lambeaux d'éloquence , CHATEAUB. , Génie, III, IV, 1
Quand la censure à son rocher funeste De ton génie a promis les lambeaux , BÉRANG. , Censeur. Fragments d'auteurs incomplétement cités.
Que les faiseurs de lettres pastorales [les ministres réfugiés], qui se parent des lambeaux de saint Cyprien , BOSSUET , Lett. pastor. sur la comm. pasc. 4
Nous n'avons point les règlements de police de Lacédémone ; nous n'en avons l'idée que par quelques lambeaux de Plutarque, qui vivait longtemps après Lycurgue , VOLT. , Polit. et législ. Comm. Esprit des lois, XVI
Vous m'avez parlé de cet ancien poëme, fait il y a vingt-cinq ans, dont il court des lambeaux très informes et très falsifiés , ID. , Lett. Thiriot, 9 mai 1755
3Terme de vénerie. Peau velue qui couvre le bois du cerf et qui s'en détache à une certaine époque de l'année. XVe s.
Couverts de grandes couvertures De drap d'or, traynant à lambeaulx , Vigiles de Charles VII, t. II, p. 125, dans LACURNE
Lambeaulx de satin jaune , Petit Jehan de Saintré, p. 189, dans LACURNE
Voy. LAMBEL.