LAIDEUR

Prononciation : lè-deur
Nature : s. f.

État de ce qui est laid. La laideur du visage.
L'or même à la laideur donne un teint de beauté ; Mais tout devient affreux avec la pauvreté , BOILEAU , Sat. VIII
Vous n'avez point dédaigné la laideur, Vous méritez que la beauté vous aime , VOLT. , Ce qui plaît, etc. Au sens moral.
Quand ils [les pasteurs réfugiés] vous exhortent à rejeter les adoucissements du papisme pour en considérer sans cesse toutes les laideurs , BOSSUET , Lett. pastor. sur la comm. pascale, 5
N'aimez point les spectacles du monde qui le font paraître beau et en couvrent la vanité et la laideur , BOSSUET , Concupisc. 31
Quand Dieu, malgré le péché et son énorme et infinie laideur, en tire le bien qu'il veut , BOSSUET , Élévat. sur myst. XII, 10
Il est impossible qu'elle [une âme mondaine] montre dans toute leur laideur des difformités qu'elle ne connaît pas et qu'elle aime encore , MASS. , Car. Lazare.
On avoue que la comédie du Tartuffe, ce chef-d'oeuvre qu'aucune nation n'a égalé, a fait beaucoup de bien aux hommes, en montrant l'hypocrisie dans toute sa laideur , VOLT. , Mahom. Lett.
La sagesse est la beauté de l'âme, le vice en est la laideur , DIDEROT , Opin. des anc. philos. (socratiq).
XIIIe s.
Laidor ait ores mal dehé [mauvaise fortune], Quant si guerroie chasteé [la chasteté], Que deffendre et tenser [protéger] deüst , la Rose, 9033
XIVe s.
Garde surtout ta loyauté, Ne ne soit laideurs ne biauté, Amours, ne faveur, ne haïne, Ne chose en monde qui t'encline à faire riens de desloial , MACHAUT , p. 107
XVIe s.
La vieillesse a de soy-mesmes assez d'autres laideurs ; n'y adjouste point encore celle qui procede de vice , AMYOT , Caton, 18
Par temps, maladie ou souci, Laydeur les tire en sa nasselle ; Mais rien ne peut enlaidir celle Que servir sans fin je pretends , MAROT , II, 277
Laid. On disait aussi laidure et laidece.