LAGUNE

Prononciation : la-gu-n'
Nature : s. f.

1Espace de mer peu profonde et entrecoupée par des hauts-fonds ou des îlots ; passage de peu de profondeur entre deux îlots ou hauts-fonds.
Héraclée fut le premier siége de cette république [Venise] jusqu'à la mort de son troisième doge ; ce ne fut que vers la fin du neuvième siècle que ces insulaires, retirés plus avant dans leurs lagunes, donnèrent à cet assemblage de petites îles qui formèrent une ville, le nom de Venise , VOLT. , Moeurs, 43
À Venise, le fond de la mer Adriatique s'élève tous les jours, et il y a longtemps que les lagunes et la ville feraient partie du continent, si on n'avait pas un très grand soin de nettoyer et vider les canaux , BUFF. , Hist. nat. 2e disc. Oeuv. t. I, p. 152
Venise a peine à maintenir les lagunes qui la séparent du continent, et, malgré tous ses efforts, elle sera inévitablement un jour liée à la terre ferme , CUVIER , Rév. 152
2Espèce de petit lac ou de flaque d'eau dans des lieux marécageux.
C'est toujours dans les lagunes et les mares salées qu'ils [les flamants] placent leurs nids , BUFF. , Ois. t. XVI, p. 311
Ital. laguna ; du lat. lacuna, fosse, mare, petit lac.