LADRERIE

Prononciation : la-dre-rie
Nature : s. f.

1Nom vulgaire de la lèpre au moyen âge. Hôpital destiné aux lépreux. Être reçu dans une ladrerie. 2Maladie particulière aux porcs, caractérisée par le développement, dans le tissu cellulaire, de nombreuses vésicules qui ne sont autre chose que des cysticerques. 3Fig. Avarice sordide.
Cela m'a fait souvenir du soin qu'elle [une tante] prit de me venir voir à Monthelon, de peur que je n'allasse chez elle ; cela s'appelle de la ladrerie en langage commun , SÉV. , 31 déc. 1684
Comme je suis très fâché de payer trois vingtièmes de mon bien, et de me ruiner pour avoir l'honneur de vous faire la guerre [au roi de Prusse, guerre de sept ans], vous croirez peut-être que c'est par ladrerie que je vous propose la paix , VOLT. , Lett. roi de Pr. 15 avr. 1758 La pauvreté n'est pas vice, mais c'est une espèce de ladrerie, chacun la fuit ; locution tirée de ce que l'on se détournait des ladres de peur de la contagion.
XVIe s.
La lepre ou ladrerie, appellée des Grecs elephantiasis , PARÉ , XXII, 7
Les ames qui par stupidité ne veoient les choses qu'à demi, jouissent de cet heur, que les nuisibles les blecent moins ; c'est une ladrerie spirituelle qui a quelque air de santé , MONT. , IV, 152
Ladre ; provenç. ladraria.