LACONIQUE

Prononciation : la-ko-ni-k'
Nature : adj.

1Qui est propre à la Laconie, à Sparte.
Il [Cléomène] tourna tous ses soins du côté de l'éducation des enfants, et travailla à rétablir la discipline appelée laconique , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. VII, p. 557, dans POUGENS
2Bref en paroles, à la manière des habitants de la Laconie, des Lacédémoniens.
On les accoutumait [les jeunes Lacédémoniens] de bonne heure au style laconique, c'est-à-dire à un style concis et serré , ROLLIN , Traité des Ét. liv. V, 3e part. ch. 2
Ils se dirent encore quelques mots d'une manière assez laconique, quoique bienveillante , STAËL , Corinne, VI, 4 Il se dit aussi du style, de la manière d'écrire.
Mais surtout certain Grec renchérit et se pique D'une élégance laconique , LA FONT. , Fabl. VI, 1
Il faut que vous supportiez mes défauts ; chacun a son style ; le mien, comme vous voyez, n'est pas laconique , SÉV. , à Bussy, 19 juill. 1655
LACONIQUE, CONCIS. Laconique se dit plus souvent du langage parlé ; concis se dit du langage écrit : une réponse laconique, un compliment laconique ; mais un ouvrage concis ; le style concis. Quand laconique se dit du style, il implique une recherche de brièveté que concis n'implique pas. Terme dérivé du mot grec signifiant Lacédémonien LACONIQUE. Ajoutez : 3S. m. Le laconique, le style laconique, en peu de paroles.
Nous avons lu et relu votre mémoire, c'est une pièce achevée ; il n'y fallait pas moins de paroles ; le laconique serait fort dangereux en pareille occasion , SÉV. , Lett. à Mme de Grignan, 29 nov. 1679, dans Lett. inédites, éd. Capmas, t. II, p. 70