LABOUREUR

Prononciation : la-bou-reur
Nature : s. m.

1Celui qui laboure, soit l'ouvrier qui trace le sillon, soit le propriétaire ou le fermier qui cultive une terre.
Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine , LA FONT. , Fabl. V, 9
Rappelez un moment en votre mémoire la triste idée des guerres soit civiles soit étrangères, où le soldat recueille ce que le laboureur avait semé.... , FLÉCH. , Aiguillon.
La profession de laboureur ne sera plus méprisée , FÉNEL. , Tél. XI
Alternativement guerrier et laboureur, ou jardinier, toujours citoyen , FONTEN. , Ressons. Par extension.
Hydra [île habitée par des marins] n'a point de champs, mais elle a des vaisseaux ; Ses laboureurs sont sur les eaux, Et c'est la mer qu'elle sillonne , P. LEBRUN , Voy. en Grèce, ch. 8
Fig. Les directeurs des consciences, ces laboureurs spirituels, BOSSUET Bourgoing,
2Terme de marine. Celui qui transporte des marchandises. 3Terme de Plombier. Bâton pour labourer le sable. XIIe s.
E li vilain laboreor, E li povre home del païs.... , BENOIT , II, 3076
XIIIe s.
Et creissent li citeien, et multiplient li habiteor en champ et li laboreor des terres et des vignes , BRUN. LATINI , Trésor, p. 295
Li uns est chevaliers, li autres est marcheans, li autres est laboreres , BRUN. LATINI , ib. p. 404
XIVe s.
Se labureur n'estoient, je vous dis mon pensé, Les nobles conviendroit travailler en le ré , Combat des trente, p. 15
XVe s.
Des voitures et voituriers, et des laboureurs [mariniers] par les rivieres de Saine, d'Yonne et de Marne en descendant jusqu'à Paris , Ordonn. des rois, t. II, p. 566
XVIe s.
À foible champ fort laboureur , LEROUX DE LINCY , Prov. t. I, p. 77
Bourg. laiborei ; provenç. laboraire, lahoraire, laborador ; catal. llaurador ; esp. labrador ; port. lavrador ; ital. lavoratore ; du lat. laboratorem, travailleur, de laborare, travailler. En provençal, laboraire, en vieux français, laborere, sont au nominatif, laborador et laboreor, au régime.