LABOUR

Prononciation : la-bour
Nature : s. m.

1Travail de labourage. Donner un seul labour, deux labours à cette terre.
Je diminuai le nombre des labours, crainte de trop dessécher la terre , BUFF. , Hist. nat. introd. part. exp. Oeuv. t. VIII, p. 403 Terres labourées.
Sa haute silhouette noire [du semeur] Domine les profonds labours ; On sent à quel point il doit croire à la fuite utile des jours , V. HUGO , Chansons des rues et des bois, Saison des semailles
2Terme de plombier. Sorte de pelle pour ramener le sable du moule. XIIIe s.
S'auscuns me preste son ceval por fere mon labor ou por cevaucier , BEAUMANOIR , XXXVIII, 4
XIVe s.
Pour gaigner parmi son labour du blé pour lui, sa femme et enfans , DU CANGE , augustare.
Toutes labours de charrues qu'il feront , DU CANGE , aragium.
XVe s.
Mauvais labour et semence pourrie, Foibles chevaux, et le laboureur crie , E. DESCHAMPS , Chacun ne pense qu'à soi.
XVIe s.
Recompensant les nuicts et jours passez, Où du labour [travail] avoient eu plus qu'assez , J. MAROT , V, 150
Les mechantes herbes qui, par le labour arrachées de terre, ne s'y pourront reprendre , O. DE SERRES , 112
Autre forme de labeur. Labour a été, comme labeur, quelquefois féminin.