lethargie

Prononciation : lé-tar-jie
Nature : s. f.

1État dans lequel on semble mort, étant sans haleine et sans pouls. Être en léthargie. Tomber en léthargie.
Il faut donc que mon mal m'ait ôté la mémoire, Et c'est ma léthargie ? - Oui, c'est elle en effet , REGNARD , Légat. V, 7
De tout ce préambule et de cette légende, S'il m'en souvient d'un mot, je veux bien qu'on me pende. - C'est votre léthargie , REGNARD , ib.
Oh ! je veux sur ce point Qu'on me fasse raison, quelles friponneries ! Je suis las, à la fin, de tant de léthargies , REGNARD , ib.
2Terme de médecine. Sommeil profond et continuel dans lequel le malade parle quand on le réveille, mais ne sait ce qu'il dit, oublie ce qu'il a dit, et retombe promptement dans son premier état. 3Fig. Nonchalance apathique, comparée au mal de la léthargie.
Ces dispositions et ces humeurs dont nous venons de parler, cette fièvre chaude de rébellion, cette léthargie de servitude viennent de plus haut qu'on ne s'imagine , BALZAC , Socrate chrétien, Discours 8e
Mademoiselle, faisant un effort sur l'esprit de Monsieur son frère, le tira de la léthargie où le tenait le cardinal de Retz , LAROCH. , Mém. 264
Ces émotions sont nécessaires de temps en temps à la campagne ; sans cela on oublierait aisément qu'on a une âme ; le repos y est si grand qu'il vise à la léthargie , SÉV. , Lett. à Bussy, 12 juill. 1690
Adieu, monsieur, vous aviez bien mauvaise opinion de mon amitié.... je suis affligée qu'on m'ait laissée si négligemment dans cette léthargie , SÉV. , Lett. à Guitaut, Mardi gras, 1680
Ma fille ne comprend pas qu'ayant de la santé, vous n'ayez point eu la pensée de nous venir voir.... j'ai beau lui représenter que nous n'en sommes pas là, et que sans moi vous seriez encore dans votre léthargie ; il n'importe, elle veut que je vous en fasse la proposition , SÉV. , Lett. à Moulceau, 29 juin 1695
Les aveuglements, les léthargies pour ne point agir, la paresse, l'amour d'être chez soi , SÉV. , 23 oct. 1680
Vouloir assurer les choses humaines plus que leur nature ne le permet, c'est une faiblesse qui fait tomber non-seulement dans la léthargie et dans l'engourdissement, mais encore dans le désespoir , BOSSUET , Polit. X, IV, 1
Il y a loin, pour un prêtre, de la conviction à la componction ; on contracte, dans le long usage des choses saintes, je ne sais quelle affreuse léthargie que rien ne peut plus échauffer ni réveiller , MASS. , Confér. Vocat. 1
Martin conclut que l'homme était fait pour vivre dans les convulsions de l'inquiétude, ou dans la léthargie de l'ennui , VOLT. , Candide, 30
XIIIe s.
Si come cil qui dort en letardie, Dont nus [nul] ne puet esveiller le corage , Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 705
XVe s.
Roy, qui te fiert ? car le devise [devine-le], Tu es, je crois, en lestardie, Ou ta char est acouardie , la Passion de J. C. Estourdy
estonny et comme en litargie , A. CHART. , l'Espérance ou consol. des 3 vertus
Provenç. litargia, litarguia ; ital. letargia, du grec (voy. LÉTHARGUS).