JUVEIGNEUR

Prononciation : ju-vè-gneur
Nature : s. m.

Terme de féodalité. Cadet apanagé.
Selon la coutume de cette province [Bretagne], tous les juveigneurs de Rohan devaient être hommes liges du duc de Bretagne , SAINT-SIMON , 57, 199
XVe s.
Il doit obeir à nostre dite cour de parlement comme juveigneur à l'aisné , DU CANGE , junioratus.
XVIe s.
Il y a trois formes de tenues nobles ; la premiere est appelée lige ou à ligence, qui est quand le vassal tient prochement et ligement du seigneur ; la seconde est la tenue du juveigneur d'aisné en parage et ramage, qui est du puisné vassal ou des descendants de luy à son frere aisné seigneur ou descendant du dit aisné , Coust. génér. t. II, p. 774
Lat. juveniorem, comparatif de juvenis (voy. JEUNE).