JUDICATURE

Prononciation : ju-di-ka-tu-r'
Nature : s. f.

1État, profession de toute personne employée à l'administration de la justice.
Il savait que les premières lois qu'il faut étudier sont celles de la Providence ; que la judicature est une espèce de sacerdoce où il n'est pas permis de s'engager sans l'ordre du ciel , FLÉCH. , Lamoignon.
L'usage des lois et des judicatures qu'il avait exercées.... , FLÉCH. , le Tellier.
Une statue de juge, sans mains, et les yeux baissés en terre, marquait les devoirs de ceux qui exerçaient la judicature , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. I, p. 71, dans POUGENS
2La dignité de juge chez les Hébreux. JUDICATURE, MAGISTRATURE. Le premier ne s'applique qu'aux juges ; le second a plus d'extension et comprend des officiers d'autre ordre que de l'ordre judiciaire ; par exemple un maire, un conseiller municipal, etc. sont des magistrats. Toutefois magistrat et magistrature employés sans déterminatif ne s'appliquent guère qu'aux juges. XVIe s.
Les Romains leur ont interdit [aux femmes] l'estat de judicature , YVER , p. 549
La cognoissanse, judicature et coercion de tous cas privilegez appartiennent au dit bailly ou son lieutenant , Coustum. génér. t. II, p. 1033
Lat. judicare, juger.