JAUNISSE

Prononciation : jô-ni-s'
Nature : s. f.

1Teinte jaune de la peau.
Vous me reconnaîtriez d'abord à l'ancienne jaunisse de mon visage , BALZ. , liv. VI, lett. 2
On sait que, deux ou trois jours après la naissance, tous les enfants ont une espèce de jaunisse ; cette jaunisse dans les blancs n'a qu'un effet passager, et ne laisse à la peau aucune impression ; dans les nègres au contraire, elle donne à la peau une couleur ineffaçable, et qui noircit toujours de plus en plus , BUFF. , Hist. nat. hom. Oeuvr. t. V, p. 226
2Particulièrement. Maladie qui jaunit la peau, que, dans le langage médical, on nomme ictère, et qui provient de quelque trouble apporté à la sécrétion ou au cours de la bile.
Un homme qui a la jaunisse croit que tous ceux qu'il voit sont jaunes , FÉN. , t. XIX, p. 451 Fig.
Ô gens de parti ! gens attaqués de la jaunisse, vous verrez toujours tout jaune , VOLT. , Dict. phil. Bayle.
3Il se dit d'une maladie des arbres. 4Maladie des vers à soie. XIIIe s.
...bien paroit [paraissait] à sa color Qu'ele [Tristesse] avoit au cuer grant dolor, Et sembloit avoir la jaunisse , la Rose, V. 295
XIVe s.
Se un esprevier a la jaunisse , Ménagier, III, 2
XVIe s.
Cet esclat corrigeant en quelque façon sa paleur et sa jaunisse , D'AUB. , Hist. II, 393
Il est bien en la jaunisse de nous faire jaunir, mais il n'est pas en la disposition de nostre volonté , MONT. , II, 181
Jaune ; mot fait avec jaune, comme justice avec juste.