JAUNIR

Prononciation : jô-nir

1V. n. Devenir jaune.
Qu'on ne voie Nos plaines jaunir de moissons , MALH. , III, 3
Fatal oracle d'Épidaure, Tu l'as dit : les feuilles des bois à ses yeux jauniront encore, Et c'est pour la dernière fois , MILLEV. , Chûte des f.
Jamais sur mon tombeau ne jaunira la rose Ni le jaune souci , STE-BEUVE , Poésies, les Rayons jaunes.
2V. a. Rendre jaune, peindre ou teindre en jaune. Le soleil jaunit les moissons.
Les pharisiens donnaient l'aumône en public ; ils se jaunissaient le visage pour paraître plus grands jeûneurs , FLEURY , Moeurs des Israél. t. XXXIII, 3e part. p. 407 Terme d'épinglier. Donner la première façon au laiton. Terme de cloutier. Secouer les clous dans un vase où il y a du vinaigre. Terme de doreur sur bois. Enduire un ouvrage à dorer d'une couche de jaune à l'eau.
XIIIe s.
Et la pesance et les ennuis Qu'el sofroit de jors et de nuis L'avoient moult faite jaunir, Et maigre et pale devenir , la Rose, 297
XIVe s.
Aucuns pendent leurs pourceaulx, et l'air les jaunit , Ménagier, II, 5
Jaune ; picard, ganir ; Berry, jaunezir.