JARS

Prononciation : jar ; l's ne se lie jamais
Nature : s. m.

Le mâle de l'oie domestique (jars ne se dit pas du mâle de l'oie sauvage). Fig. et populairement. Il entend le jars, il est fin, on ne lui en fait pas accroire aisément, locution qui, complète, est : il entend le jars, il a mené les oies, et, par conséquent, il a appris, en menant les oies, à comprendre ce que veut le jars. XIIIe s.
Convient que cinq owes [oies] aient un garce, et cinq gelines un cok , Économie rurale, Bibl. des chartes, 4e série, t. II, p. 371
Totes sont pleines les cuisines De jars, de cos et de gelines , Ren. 12662
Picard, gars ; bas-breton, garz. Origine incertaine. Scheler indique : 1° un radical garg qui serait dans jargon ; 2° le radical gar, qui est dans le latin garr-ire, bavarder ; 3° le scandinave gassi, qui signifie à la fois jars et caqueteur. Il est difficile peut-être de se décider entre ces propositions ; cependant, si l'on remarque que le scandinave gassi tient à l'allemand Gans, oie, on sera porté à croire que le nom de l'oie a été conservé de cette façon dans le français jars.