JARRE

Prononciation : jâ-r'
Nature : s. f.

1Grand vaisseau de terre vernissée. Une jarre d'eau, d'huile. Les jarres se fabriquent en Provence. 2Nom donné quelquefois aux fontaines de terre cuite dont on se sert dans les maisons. 3Dans un moulin, futaille où tombe le son. 4Terme de laboratoire. Jarre électrique, grand bocal de verre garni intérieurement de deux feuilles d'étain qui en font une grande bouteille de Leyde. Provenç. jarra, guarra ; catal. gerra ; espagn. et portug. jarra ; ital. giara, giarro ; de l'arabe djara, vase d'argile à large bouche. Poils longs, durs et luisants qui dépareraient les pelleteries et dont l'enlèvement laisse à découvert un duvet soyeux qui fait tout le prix de la fourrure.
Le castorin, que les Anglais appellent newter, a une petite queue écailleuse ; sa peau porte un jarre qui recouvre un poil soyeux, trop peu fourni pour la pelleterie, mais très propre à la chapellerie , Tarif des douanes, édit. de 1844, p. 198, notes On trouve aussi l'orthographe jars.
Les toisons où le jars domine ne se sont montrées ni plus ni moins fréquentes chez mes bêtes que chez celles de mes voisins , BEAUDOUIN , Acad. des sc. Comptes rendus, t. LV, p. 238
Origine inconnue. 2. JARRE. Ajoutez : - ÉTYM. Dans Cotgrave, il est dit que le jarre est une herbe qui enveloppe les autres plantes et se roule autour ; c'est la cuscute. Ainsi le jarre, laine ou poil, a été dit d'après le jarre plante. Sans savoir d'où vient le jarre plante, on recule du moins utilement d'un degré l'étymologie. Nom, dans l'ouest de la France, de bancs de sable, de rapides qu'une rivière présente.
Le tirant d'eau, à l'étiage également, se réduit, dans la partie supérieure du fleuve, au-dessus de Digoin, à 0m, 15 et 0m, 20 sur les rapides ou jarres ; mais, dans les mouilles, il est souvent de 0m, 80 , E. GRANGEZ , Voies navigables de France, p. 317 On l'écrit aussi jar et jard.
Le dragage, en aval de Cheffes [sur la Sarthe], de quelques bancs de sable appelés jars , E. GRANGEZ , ib. p. 598
Ces sables abandonnés par les rivières sont parfois devenus des promenades. Le Jard de Châlons-sur-Marne, orné d'arbres plantés en quinconce.