JAQUETTE

Prononciation : ja-kè-t'
Nature : s. f.

1Habillement qui descend jusqu'aux genoux ou un peu plus bas, et qui était anciennement à l'usage des paysans et des hommes du peuple.
Et toi, qui es-tu avec ta jaquette noire ? , CHAMPFORT , March. de Smyrne, sc. 10 On lui a bien secoué sa jaquette, c'est-à-dire on l'a bien battu.
2Robe que portent les petits garçons avant qu'on leur donne la culotte.
Sa femme [de Bellegarde] entra dans son cabinet, suivi d'un petit garçon en jaquette , SAINT-SIMON , 154, 5 Un enfant à la jaquette, un enfant en bas âge.
Le régent jeta à la tête du duc de Noailles la survivance de sa charge et de son gouvernement pour son fils à la jaquette , SAINT-SIMON , 480, 221
On lui a troussé sa jaquette, se dit d'un enfant à qui on a donné le fouet. Je ne m'en souviens non plus que de ma première jaquette, c'est-à-dire c'est une chose que j'ai complétement oubliée.
XVe s.
Avoit toute la nuit fait si chaud qu'il n'avoit peu dormir ; et estoit tout deboutonné, en une simple cotte ou jaquette et sa chemise , FROISS. , liv. II, p. 28, dans LACURNE
XVIe s.
Une jaquette ballant jusqu'au gras de la jambe , DESPER. , Contes, LXXXV
Diminutif de jaque ; bourguig. jaicôtté. Un des noms vulgaires de la pie. JAQUETTE. Ajoutez : 3Partie d'un canon.
On a augmenté de 3 pieds sa longueur d'âme et renforcé sa frette de culasse ou jaquette , Journal offic. 17 mars 1874, p. 2063, 3e col.