JAQUE

Prononciation : ja-k'
Nature : s. m.

Vieux mot qui signifiait un habillement court et serré.
Le roi [Charles VI] était à cheval, vêtu de l'habillement court et étroit qu'on nommait un jaque , BARANTE , Hist. des ducs de Bourg. III, Départ du roi. Jaque de mailles, armure faite de mailles de fer qui couvrent le corps depuis le cou jusqu'aux cuisses.
XIVe s.
S'avoit chascun un jaque par dessus son haubert , DU CANGE , jacke.
XVe s.
Or est cet estat [des gens d'armes] devenu autre maintenant que on parle de bassinets, de lances ou de glaives, de haches et de jaques , FROISS. , I, I, 64
XVIe s.
Voulant esprouver un collet de buffle qu'il avoit vestu, ou un jaque de maille , DESPER. , Contes, LVII
Ital. giacco ; allem. Jacke ; suéd. jacka. On ignore l'origine de ce mot, et s'il vient de l'allemand dans les langues romanes, ou des langues romanes dans l'allemand. Il paraît avoir été fait dans le XIVe siècle ; et du Cange demande s'il ne provient pas des jacques, les paysans révoltés. Le fruit du jaquier. Nom bourguignon du fromage blanc frais, CH. NISARD, Parisianismes, p. 146.