JACTANCE

Prononciation : ja-ktan-s'
Nature : s. f.

Hardiesse à se vanter, à se faire valoir.
Calvin a tant loué la sainte jactance et la magnanimité de Luther, qu'il était malaisé qu'il ne l'imitât , BOSSUET , Var. IX
Jamais peut-être il n'y a eu un plus triste exemple de la jactance et de la légèreté françaises , D'ALEMB. , Lett. au roi de Prusse, 11 oct. 1782
M. le président, la jactance d'un défi porté dans le tumulte n'est pas assez noble pour qu'on daigne y répondre ; je vous prie de m'obtenir du silence , MIRABEAU , Collect. III, 278 Paroles de jactance. Ses jactances.
XIIIe s.
Por covoitise et por jactance, [je] Guerpi ma foi et ma creance , Theophilus, p. 292
XIVe s.
La seconde branche qui vient d'orgueil est jactence ; c'est quant la personne est haulsée et est levée par orgueil , Ménagier, I, 3
XVIe s.
Combien de vanteries et de vaines jactances ! , CHARRON , la Sagesse, I, 38
Provenç. jactancia, jactansa ; espagn. jactancia ; ital. giattanzia ; du lat. jactantia, de jactare, vanter, proprement lancer au loin, fréquentatif de jacere ( 1er e bref), jeter (voy. JET).