JACQUERIE

Prononciation : ja-ke-rie
Nature : s. f.

1Soulèvement de paysans contre la noblesse en l'an 1358, pendant la captivité du roi Jean. 2En général, insurrection des paysans et des classes inférieures. Quand en 1815 on proposa à Napoléon d'appeler le peuple aux armes, il répondit qu'il ne voulait pas être le chef d'une jacquerie.
Jamais de dragonnades ni de Saint-Barthélemy, quand les rois, élevés au milieu de leurs peuples, parleront la même langue... ; de jacquerie non plus, de ligues, de barricades , P. L. COUR. , Simple discours. On écrit aussi jaquerie.
XIVe s.
Gilet dit à Toussains, hostelier à Vernon, qu'il estoit un vilain jaques, et qu'il allast à sa jaquerie , DU CANGE , jaquei
Du commencement et premiere assemblée de la mauvaise jaquerie de Beauvoisin , Chron. de St Denys, t. II, p. 248, dans LACURNE
XVe s.
[Si la noblesse française avoit été battue en Flandre] on peut croire et imaginer que toute gentillesse et noblesse eust esté morte et perdue en France et autant bien es autres lieux ; ne la jaquerie ne fut onques si grande ne si horrible qu'elle eust esté , FROISS. , liv. II, p. 215, dans LACURNE
Les jacques.