INSOLEMMENT

Prononciation : in-so-la-man
Nature : adv.

Avec insolence.
Mais aujourd'hui qu'on voit cette main parricide Des restes de ta vie insolemment avide , CORN. , Rodog. III, 3
Lâche, tu viens ici braver encor des femmes, Vanter insolemment tes détestables flammes , CORN. , Sertor. V, 4
D'Hacqueville et l'abbé de Pontcarré étaient avec nous [Mme de Sévigné et le cardinal] ; j'étais insolemment avec ces trois hommes , SÉV. , 22 avril 1672
Jamais l'histoire n'eut plus besoin de preuves authentiques que dans nos jours, où l'on trafique si insolemment du mensonge , VOLT. , Russie, Préf.
Ils [les chacals] entrent insolemment et sans marquer de crainte, dans les bergeries, les écuries ; et, lorsqu'ils n'y trouvent pas autre chose, ils dévorent le cuir des harnais, des bottes, des souliers , BUFF. , Quadrup. t. VI, p. 202
XIVe s.
Ces anemis tant orgueilleusement et insolemment les demoquoient , BERCHEURE , f° 43 bis.
XVIe s.
Si ne me semble pas croyable qu'il se fust voulu si insolentement et si superbement monstrer aux Atheniens , AMYOT , Alc. 65
Combien insolemment rebrouent Epicurus les stoïciens sur ce qu'il tient l'estre veritablement bon et heureux n'appartenir qu'à Dieu ! , MONT. , II, 267
Insolent, et le suffixe ment. Insolemment a été fait alors que l'adjectif dérivé des adjectifs latins à une seule terminaison pour le féminin et le masculin n'en avait qu'une en français aussi ; insolente-ment est un remaniement qui n'a pas duré, et qui remettait la formation de l'adverbe en accord avec la nouvelle syntaxe des adjectifs.