INHABILE

Prononciation : i-na-bi-l'
Nature : adj.

1Qui n'est pas apte à.
Ce malheureux vieillard inhabile à régner , TRISTAN , Mariane, IV, 1
Quand ils n'auraient point d'autre inconvénient que de vous rendre inhabiles à la prière , MASS. , Carême, Prière 1
Une complexion qui nous rend inhabiles à la pratique des mortifications , MASS. , Panég. Ste Agnès
J'exclus un faible roi qui ne peut gouverner, Une ombre, un vain fantôme, inhabile à l'empire , DUCIS , Haml. I, 1
Quel mortel, inhabile à la félicité, Regrettera jamais sa triste liberté, Si jamais des amants il a connu les chaînes ? , A. CHÉN. , Élég. XXVI
Un coeur faible, étroit, pusillanime, Inhabile aux vertus , A. CHÉN. , Fragment X, éd. de 1862
2Terme de droit. Qui n'a pas les qualités requises pour faire une chose. Inhabile à tester. 3Qui n'est pas habile.
Riches, pour tout mérite, en babil importun, Inhabiles à tout, vides de sens commun , MOL. , Femm. sav. IV, 3
Mais pour moi de Paris citoyen inhabile , BOILEAU , Épît. VI
Vingt fois, prêt à quitter ce ministre inhabile, Je restais, retenu par l'espoir d'être utile , PICARD , Médiocre et rampant, II, 4
XIVe s.
Inhabile à bonnes oeuvres exercer , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
Elle [la femme illégitime] degette les foulez, Et n'a cure des affolez, Sains les prant, et rent inhabiles , E. DESCH. , Miroir de mariage, p. 98
Il doit estre desenterré.... et tous ses biens acquis au prince, et ses enfans declarés inhabiles à toute succession , MONSTRELET , I, 39
XVIe s.
Ilz sont declarez inhabiles de jamais tenir office , AMYOT , Agésil. 49
Lat. inhabilis, de in.... 1, et habilis, propre à, commode.