INDUBITABLE

Prononciation : in-du-bi-ta-bl'
Nature : adj.

Dont on ne peut douter.
Ce Dieu, dont la clémence égale l'équité, Récompense ici bas la vraie humilité De sa lumière véritable, Celle qui nous conduit aux généreux desseins Où la gloire est indubitable , RACAN , Psaume 24
Si ce fils vit encore, il a tué son père, C'en est l'indubitable et le seul caractère , CORN. , Oedipe, III, 5
La perte de ta vie était indubitable , MAIRET , M. d'Asdr. III, 3
Encore qu'elle [une doctrine] soit très indubitable, il n'est pas si aisé de l'imprimer dans les coeurs , BOSSUET , Sermon pour la vêture d'une bernardine, 1
Comme il est indubitable que l'intérêt emporte les coeurs , BOURDAL. , 12e dim. après la Pentec. Domin. t. III, p. 286
Il y a certainement des connaissances accordées à l'homme ; nous savons mesurer, calculer, peser jusqu'à un certain point ; les vérités géométriques sont indubitables, et c'est déjà beaucoup , VOLT. , Lett. Prusse, juin 1738 On a dit en parlant de choses : être indubitable, ne pas manquer son effet.
On vous fera un régime et une nécessité de ne me jamais voir ; je ne sais si ce remède serait bon pour vous ; quant à moi, je vous réponds qu'il serait indubitable pour finir ma vie , SÉV. , 16 juin 1677
XVIe s.
Il n'allegue argument quelconque necessaire, pourquoy l'on doive ajouxter foy indubitable à ce qu'il en a recueilly , AMYOT , Numa, 2
Il y a des preuves assez certaines, autant que la raison humaine le porte, pour rendre l'Escriture indubitable , CALV. , Instit. 36
Dieu par cela ne le recommandoit-il pas comme un prophete indubitable envoyé de sa part ? , CALV. , ib. 39
C'est d'un regard si indubitable que nous sçavons bien qu'il n'y a nulle tromperie , CALV. , ib. 435
Lat. indubitabilis, de in.... 1, et dubitare, douter.