indecence

Prononciation : in-dé-san-s'
Nature : s. f.

1Vice de ce qui est contraire à la décence, à l'honnêteté, aux bienséances.
En quelque indécence que l'impiété ou le hasard mette le voile corruptible sous lequel il [le Verbe] se cache , FÉN. , t. XVII, p. 304
L'abbé de Polignac s'était brouillé avec la reine de Pologne jusqu'aux éclats et à l'indécence , SAINT-SIMON , 47, 40
C'était une très grande indécence à un moine de conduire une jeune veuve hors de sa patrie , VOLT. , Louis XIV, 38
La danse et tous les arts, briguant de vils succès, De leurs jeux effrontés déployant l'indécence, Par des tableaux impurs appellent la licence , LEGOUVÉ , Épich. et N. I, 1
2Action, propos indécent.
Le sexe s'avilissant par des indécences dont les siècles de nos pères auraient rougi , MASS. , Carême, Mot. de conv.
Les indécences honteuses des enfants d'Héli qui avaient durant si longtemps profané sa maison [de Dieu] , MASS. , Carême, Temples.
Nous avons marqué en détail un remède à chacun de nos maux : la retraite, à certaines dissipations ; la modestie, à certaines indécences , MASS. , Carême, Pâques. Chose obscène. Cette pièce est remplie d'indécences.
Lat. indecentia, de indecens, indécent.