inconsequence

Prononciation : in-kon-sé-kan-s'
Nature : s. f.

1Défaut de conséquence. Il y a de l'inconséquence dans ses discours, dans ses procédés.
Tout peut se soutenir, excepté l'inconséquence , MIRABEAU , Collect. t. III, p. 374 Inconséquence dans le style, défaut de suite dans les idées ou dans les mots.
2Choses que l'on fait, que l'on dit par inconséquence.
Je ne vois dans la conduite du régent que les inconséquences apparentes de tous les caractères faibles qui ne résistent à rien, accordent tout, en rougissent intérieurement, et ne se déclarent qu'à la dernière extrémité , DUCLOS , Mém. Rég. Oeuv. t. VI, p. 76, dans POUGENS
3Manque de réflexion qui compromet.
Je me tais donc par prudence, Et n'offre que quelques fleurs ; Grand Dieu ! quelle inconséquence ! Mon bouquet a trois couleurs [ce qui était séditieux sous la Restauration] , BÉRANGER , Halte-là. Actes de légèreté, en parlant de la conduite d'une femme. Elle n'a à se reprocher que des inconséquences.
Lat. inconsequentia, de inconsequens, inconséquent.