incongruite

Prononciation : in-kon-gru-i-té
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est incongru.
D'autant que l'incongruité des humeurs opaques , MOL. , Méd. malgré lui, III, 6 Action, parole peu convenable aux circonstances, et qui blesse, par conséquent, quelque règle de bonne conduite.
2Faute contre la syntaxe. Tout ce qu'il dit est plein d'incongruités.
....Monsieur le sot, je vous ferai bien taire ; Quoi ? comment ? est-ce ainsi qu'on frappe Despautère [nom d'un grammairien] ? Quelle incongruité !... , RÉGNIER , Sat. X Nom que les grammairiens du XVIIe siècle donnaient au solécisme. Fig. et par plaisanterie.
Vous y trouverez [dans un dîner] des incongruités [solécismes] de bonne chère et des barbarismes de bon goût , MOL. , Bourg. gent. IV, 1
3Il signifie plus ordinairement une de ces choses sales qu'on rougirait de faire et même de nommer en bonne compagnie, c'est-à-dire une flatuosité bruyante. Il a fait une incongruité. XVIe s.
Il faisoit mille fautes et incongruitez, tantost il frappoit à costé, tantost à travers.... , NOEL DUFAIL , Cont. d'Eutr. ch. X, f° 49, dans POUGENS
Quelques grammairiens estiment en ce participe données pour le verbe donné [dans l'exemple : les grâces que Dieu vous a données] une lourde incongruité ; mais l'usage le combat , RAMUS , dans LIVET, Gramm. franç. p. 257
Lat. incongruitatem, de incongruus, incongru.