INCOMMUNICABLE

Prononciation : in-ko-mu-ni-ka-bl'
Nature : adj.

Qui n'est pas communicable.
Un nom dont la majesté consiste à être incommunicable , BOSSUET , Hist. II, 2
Et c'est ce grand nom de Dieu [je suis celui qui suis], terrible, mystérieux, incommunicable, sous lequel il vent dorénavant être servi , BOSSUET , ib. II, 3
Un des caractères les plus incommunicables de la divinité est la connaissance de l'avenir , ROLLIN , Traité des Études, liv. V, 2e part. ch. 1, art. 2
Ils ne savent pas adorer le Dieu de tous les êtres, unique, incompréhensible, incommunicable, éternel, et tout juste comme tout-puissant , VOLT. , Socrate, III, 1
Le peuple même ne peut, quand il le voudrait, se dépouiller de ce droit incommunicable [le droit de faire des lois] , J. J. ROUSS. , Contrat, II, 7
Chaque animal a la science incommunicable de ce qui lui est propre , BERN. DE ST-P. , Harm. l. V
XVIe s.
Proprieté incommunicable , CALV. , Inst. 75
Miserable passion [la jalousie], qui a ceci encores d'estre incommunicable ! car à quel amy osez-vous fier vos doleances ? , MONT. , III, 348
Combien de souspeçons.... incommunicables ! , MONT. , I, 315
Lat. incommunicabilis, de in.... 1, et communicabilis, communicable. INCOMMUNICABLE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Le pouvoir de donner loy, qui est incommunicable aux subjects , BODIN , Republique, I, 10