inclemence

Prononciation : in-klé-man-s'
Nature : s. f.

1Défaut de clémence, en parlant des dieux, du ciel, du sort.
Dans ces funestes lieux où la seule inclémence D'un rigoureux destin réduit mon innocence , CORN. , Clit. IV, 6
Tandis que, pour fléchir l'inclémence des dieux, Il faut du sang peut-être et du plus précieux , RAC. , Iphig. I, 2 L'inclémence du parterre, l'inclémence de la critique, etc. leur rigueur à l'égard des pièces de théâtre, des livres.
2Fig. État rigoureux, en parlant des choses, comparé au défaut de clémence chez les personnes.
Sommes-nous, dit-il, en Provence ? Quel amas d'arbres toujours verts Triomphe ici de l'inclémence Des aquilons et des hivers ? , LA FONT. , Psyché, I, p. 14
Voudriez-vous, faquins, que j'exposasse l'embonpoint de mes plumes aux inclémences de la saison ? , MOL. , Préc. 8
L'inclémence du ciel et des saisons , LA BRUY. , Disc. à l'Acad. franc.
Dans des sables brûlants, sur des rochers déserts, Je supporte avec toi l'inclémence des airs , VOLT. , Mahom. II, 4
J'observais que l'inclémence des airs est ridicule dans une histoire, parce que le terme d'inclémence a son origine dans la colère du ciel, qu'on suppose manifestée par l'intempérie, les dérangements, les rigueurs des saisons , VOLT. , Dict. phil. Dictionnaire
Comparons nos chétives brebis avec le moufflon dont elles sont issues ; celui-ci, grand et léger comme un cerf, armé de cornes défensives et de sabots épais, couvert d'un poil rude, ne craint ni l'inclémence de l'air, ni la voracité du loup , BUFF. , Quadrup. t. VII, p. 201
Et jamais de vos sombres ennuis Un rayon de printemps n'adoucit l'inclémence , M. J. CHÉN. , Fénelon, II, 3
XVIe s.
C'est inclemence, voire cruauté, de pardonner à ceux qui meritent mourir , Sat. Mén. p. 188
Lat. inclementia (voy. INCLÉMENT). INCLÉMENCE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Du ciel troublé la future inclemence , J. PELLETIER DU MANS , la Savoye (1572), Chambéry, 1856, p. 279