INCANTATION

Prononciation : in-kan-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Emploi de paroles magiques.
Que d'ailleurs il n'a sur lui, ni sur son cheval, ni en ses armes, herbes, charmes, paroles, pierres, conjurations, pactes ou incantations dont il veuille se servir , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 216, dans POUGENS
Un rituel extravagant d'exorcismes, d'incantations, d'évocations et d'opérations nocturnes, superstitieuses, souterraines et magiques , DIDER. , Opin. des anc. phil. (éclectisme)
L'eau s'enfle, comme une poitrine Aux soupirs de la passion ; Le vent, dans sa conque marine, Murmure une incantation , TH. GAUTHIER , Émaux et camées, caerulei oculi
XVe s.
Elle mist à Gadiffer son fils ung asnel ou [au] doit, qui estoit de telle vertu que nulle incantation ne nulz mauvais esperitz ne le pouvoient decevoir , Perceforest, t. II, f° 138
XVIe s.
Contre l'artillerie, rien ne servent les paroles et incantations , PARÉ , IX, Préf.
Lat. incantationem, de incantare, enchanter (voy. ce mot)