INANITION

Prononciation : i-na-ni-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Épuisement par défaut de nourriture.
Il me dit que vous ne vous laissassiez point mourir d'inanition , SÉV. , 395
Les hommes de l'état mitoyen, auxquels l'inanition et les excès sont également inconnus , BUFF. , Boeuf.
Celui de mes arbres qui s'était dépouillé le premier sentit tout l'effet de l'état d'inanition et de sécheresse où il était réduit , BUFF. , Exp. sur les végét. 2e mém.
Partout [dans Moscou] des soldats assis sur des ballots de marchandises, sur des amas de sucre et de café, au milieu des vins et des liqueurs les plus exquises, qu'ils voudraient échanger contre un morceau de pain ; plusieurs, dans une ivresse qu'augmente l'inanition, sont tombés près des flammes, qui les atteignent et les tuent , SÉGUR , Hist. de Nap. VIII, 8
2Il s'est dit aussi de l'épuisement que causent les vapeurs.
Je viens ici, ma fille, chez cette pauvre Mlle de Méri achever cette lettre et fermer mon paquet ; la voilà toute accablée de vapeurs et d'inanition, incapable d'écrire un mot , SÉV. , 385
XIVe s.
La maniere de la generasion de spasme de inanition , H. DE MONDEVILLE , f° 65
Froidure ou inanicion grande , BERNARD DE GORDON , Traduction, IV, 6
Provenç. inanicio ; espagn. inanicion ; du lat. inanitionem, de inanis, faible (voy. INANITÉ).