INADVERTANCE

Prononciation : i-na-dvèr-tan-s'
Nature : s. f.

1Défaut de celui qui ne prend pas garde.
C'est une cruauté de prendre avantage de l'inadvertance ou peu de soin d'autrui , PATRU , plaidoyer 4, dans RICHELET
Tout le monde sait à Marseille par quelle inadvertance la peste fut apportée du Levant, et on s'en préserve , VOLT. , Fragm. sur l'hist. art. XI
2Action, faute que l'on fait par inadvertance.
Quand l'aigle sut l'inadvertance , LA FONT. , Fabl. II, 8
Il était sujet aux distractions et aux inadvertances , HAMILT. , Gramm. 8 Négligence dans le style.
On ne remarque ces légères inadvertances qu'en faveur des étrangers et des commençants , VOLT. , Comment. Corn. rem. Cinna, I, 4
INADVERTANCE, INATTENTION. L'inadvertance est l'état d'un esprit qui ne prend point garde ; l'inattention, l'état d'un esprit dont l'attention ne se fixe pas. L'inadvertance est presque toujours un fait isolé ; l'inattention peut être un état habituel. XIVe s.
Ceux qui en lour parler dient par inavertance aucune chose dont il ne se prenoient garde , ORESME , Eth. 62
XVe s.
Les premiers jours, ces bons contes se dyent en l'oreille et bas, et après par inadvertance s'en parle on disant , COMM. , II, 8
XVIe s.
Tel accident le plus souvent vient de l'imperitie ou inadvertance du chirurgien , PARÉ , VIII, 23
Inadvertant.