impurete

Prononciation : in-pu-re-té
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est impur, mélangé de parties qui salissent. L'impureté des eaux. L'impureté d'un métal. Par extension, impureté du sang, état de la constitution qui fait qu'on est sujet aux éruptions rebelles, aux suppurations, etc. 2Ce qu'il y a d'impur, de sale dans une chose.
C'est une tradition entre nous que, quand le Messie arrivera, la maison de Dieu, destinée à la dispensation de sa parole, sera pleine d'ordure et d'impureté , PASC. , Append. aux Pensées, 53, prophéties, édit. LAHURE, 1860
Le soleil.... est une matière liquide.... qui produit des impuretés que la force de son mouvement rejette sur sa surface , FONTEN. , Mondes, 4e soir.
3Impureté légale, dans l'ancienne loi, sorte de tache que l'on contractait en faisant différentes choses défendues, ou nommées impures, ce qui demandait des purifications. 4Impudicité. Vivre dans l'impureté.
De tous les péchés qui se commettent dans le monde, n'y en a-t-il point qui ait une opposition plus spéciale à la communion, et qui vous en rende plus indigne que le péché d'impureté ? , BOURDAL. , Instruct. sur la comm. Exhort. t. II, p. 453 Au plur. Obscénités. Ce livre est plein d'impuretés.
XVe s.
Nous ne plorons point ou corrigeons nostre impurité ou ordure , Internelle consolation, dans le Dict. de DOCHEZ
XVIe s.
Qui vient de l'impureté du sang , PARÉ , XV, 2
Provenç. impuritat ; espagn. impuridad ; ital. impurità ; du latin impuritatem, de impurus, impur.