impregner

Prononciation : in-pré-gné. La syllabe pré prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : j'imprègne,
Nature : v. a.

1Terme d'histoire naturelle. Féconder. 2Par assimilation. Pénétrer, se répandre dans, en parlant des particules d'une substance. Imprégner une liqueur de sels.
T'ai-je imprégné [mon habit] des flots de musc et d'ambre Qu'un fat exhale en se mirant ? , BÉRANG. , Mon habit. Fig. Faire entrer dans l'esprit des opinions, des principes, etc.
Pour avoir le temps de le sonder partout, et de l'imprégner doucement et solidement de mes sentiments , SAINT-SIMON , 306, 14
3S'imprégner, v. réfl. Être imprégné. Les balles de coton s'imprègnent quelquefois de miasmes pestilentiels.
L'eau qu'on a purgée d'air en la faisant bouillir, est plusieurs jours à s'imprégner d'un air nouveau , BONNET , Us. feuilles dans les plantes, 1er mém. Fig. Les préjugés dont leur esprit s'était imprégné.
XIIIe s.
Il fait plouvoir por enpraigner [féconder] la terre , Psautier, f° 177
XVIe s.
Estant la jument empreignée, elle sera separée d'avec les autres , O. DE SERRES , 305
Lat. impraegnare (QUICHERAT, Addenda), de in, en, dans, et praegnans, qui est fécondé (voy. PRÉGNANT).