impregnation

Prononciation : in-pré-gna-sion ; en vers, de cinq syllabes ; quelques-uns donnent au g un son dur : in-prégh-na-sio
Nature : s. f.

1Terme de physiologie. Fécondation de l'ovule dans le sein de la femelle.
Lorsqu'on les laisse joindre [l'âne et l'ânesse] dans d'autres temps et surtout en hiver, il est rare que l'imprégnation suive l'accouplement , BUFF. , Quadrup. t. VII, p. 240 Terme de botanique. Action du pollen ou de la matière fécondante de l'organe mâle d'un végétal sur l'ovule.
2Terme de physique. Imbibition, pénétration.
On sait aussi que d'habiles physiologistes attribuent à l'imprégnation de l'air la couleur vermeille du sang , BONNET , Lett à l'abbé Rogier, Oeuv. t. X, p. 25, dans POUGENS. Imprégnation des bois, procédé qui consiste à faire infiltrer dans les arbres divers liquides, soit pour les colorer, soit pour les faire durer plus longtemps.
3Terme de pharmacie. Action par laquelle les sels ou autres particules d'un corps pénètrent un liquide. XVIe s.
Mole est une fausse impregnation d'une chair sans forme, de figure ronde et dure, contenue en la matrice , PARÉ , XVIII, 40
Provenc. impregnacio, enpregnacio (voy. IMPRÉGNER).