impossibilite

Prononciation : in-po-si-bi-li-té
Nature : s. f.

Défaut de possibilité. Il est de toute impossibilité que j'aille aujourd'hui vous voir.
L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît à son âme , LA FONT. , Fabl. VIII, 25
Il [M. de Grignan] viendrait vous voir et vous reprendre cet hiver ; mais vous trouvez, dans cette proposition, des impossibilités que je ne vois pas si bien que vous , SÉV. , 4 mai 1676
Pour moi, ma fille, je ne sais si l'envie de vous voir à Paris ne m'aurait pas fait surmonter des impossibilités , SÉV. , 2 août 1689
Ainsi me voilà, mais ce n'est que pour vous dire la douleur que me donne mon extrême impossibilité [de fournir un secours d'argent] , SÉV. , 22 janv. 1690
L'impossibilité où ils nous ont mis de nous fier à leurs serments , FÉN. , Tél. X
Soutient-on que le hasard n'a pu former le monde, parce qu'il n'y aurait eu qu'une seule chance contre d'incalculables impossibilités ? , CHATEAUB. , Génie, I, VI, 4 Impossibilité métaphysique, ce qui implique contradiction. Il y a impossibilité métaphysique qu'un cercle soit carré. Impossibilité physique, se dit d'une chose qui est impossible selon l'ordre de la nature. Il y a impossibilité physique qu'une pierre non soutenue ne tombe pas. Impossibilité morale, se dit d'une chose qui est vraisemblablement impossible.
Il y a impossibilité morale qu'un homme de bien fasse une mauvaise action , Dict. de l'Acad.
XIVe s.
Tu te dois garder des livres et des romans qui sont remplis de bourdes et qui attraient le lisant souvent à impossibilité, à folie, vanité et pechié , Hist. litt. de la France, t. XXIV, p. 224
Provenç. impossibilitat ; espagn. impossibilidad ; ital. impossibilità ; du lat. impossibilitatem, qui signifie impuissance et qui vient de impossibilis, impossible.