importunite

Prononciation : in-por-tu-ni-té
Nature : s. f.

Action d'importuner.
Votre importunité, que j'ose dire extrême , CORN. , Nicom. III, 5
Adieu, ma belle petite soeur.... aimez-moi si cela ne vous tourne pas à importunité , CH. DE SÉV. , dans SÉV. 19 fév. 1690
ôtant ainsi aux particuliers l'espérance d'obtenir de lui par importunité ou par amitié ce qu'il n'avait accordé ni à la reconnaissance ni au respect , FLÉCH. , Lamoignon.
À combien de chagrins il faut que je m'apprête ! Que d'importunités ! , RAC. , Brit. II, 2 Demande, sollicitation importune.
Mon héros n'a besoin des importunités de personne, quand il s'agit de faire du bien , VOLT. , Lett. Richelieu, 24 janv. 1764
XIVe s.
Pour cause des importunitez de ses neuf compaignons , BERCHEURE , f° 72, recto.
XVIe s.
De se rendre à l'obstinée importunité d'un amant , DESPER. , Contes, XCII
Il le convie à soupper en son logis, et fait tant par importunité de prieres, que Sertorius luy promeit , AMYOT , Sertor. 39
Je sçay, mon cher roy [Henri IV], que, m'aymant comme vous faites, vous ne recevrez point à importunité que je vous mande souvent l'estat auquel je suis, Lettres de Catherine de Navarre , Bibl. des chartes, 4e série, t. III, p. 329
Lat. importunitatem, de importunus, importun.