IMPOLITESSE

Prononciation : in-po-li-tè-s'
Nature : s. f.

1Manque de politesse.
On le conduisit [le duc du Maine] dans la citadelle de Dourlans, où il fut gardé par un officier nommé Favencour, qui le traita avec toute l'impolitesse et la dureté d'un véritable geôlier , STAAL , Mém. t. II, p. 81 Il se dit aussi des choses. Réponse pleine d'impolitesse. Langage d'une impolitesse grossière.
2Action, procédé contraire à la politesse. Il m'a fait une impolitesse. Je n'ai reçu de lui que des impolitesses. Mot nouveau au XVIIe siècle.
Quelques-uns emploient inaction, et je m'aperçois qu'impolitesse commence fort à s'établir , VAUGEL. , Rem. not. Th. Corn. t. II, p. 1034
Im...., et politesse. IMPOLITESSE. 1Ajoutez :
À moins d'être du peuple, on ne dit point ma femme ; C'est une impolitesse à faire rendre l'âme , BOURSAULT , Mots à la mode, I, 3
Ajoutez : 2. Contrairement à Th. Corneille, qui admettait impolitesse, Vaugelas (p. 586, éd. in-4°, 1704) condamnait formellement ce mot.