IMPLACABLE

Prononciation : in-pla-ka-bl'
Nature : adj.

1Qui ne peut être apaisé.
Il interroge encor, mais en juge implacable , CORN. , Théod. V, 1
Avec toutes ces explications, il ne faut pas s'étonner s'il sut adoucir Luther, jusqu'alors implacable , BOSSUET , Var. IV, § 22
Maintenant chassée, poursuivie par ses ennemis implacables qui avaient eu l'audace de lui faire son procès , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Un poignard à la main, l'implacable Athalie Au carnage animait ses barbares soldats , RAC. , Athal. I, 2
Et ne connais-tu pas l'implacable Agrippine ? , RAC. , Brit. II, 2
Implacable Vénus, suis-je assez confondue ? , RAC. , Phèd. III, 2
Il fallait s'accommoder d'un maître jaloux, impérieux, implacable sur tout ce qui blessait sa jalousie , FÉN. , Dial. des morts mod. 19
Il passait pour ami fidèle et pour implacable ennemi , HAMILT. , Gramm. 6
Sachez que je n'aime point autrement, que je suis jalouse, vindicative, furieuse, implacable , VOLT. , Écoss. II, 2 Fig.
Implacable ennemi des amoureuses lois , RAC. , Phèd. I, 1
2Il se dit aussi des choses.
Un courroux implacable, un orgueil endurci , CORN. , Sert. IV, 2
[Charles 1er] poursuivi à toute outrance par l'implacable malignité de la fortune , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Il faut bien se résoudre à l'implacable inimitié du parti , MAINTENON , Lett. à Mme de Caylus, 1er janv. 1717
Mais veut-il que l'on garde une haine implacable ? , RAC. , Esth. III, 5
La haine et la division de ces grands hommes n'avaient rien d'implacable, d'amer, d'outré, comme chez les Romains des derniers temps de la république , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 209, dans POUGENS
La victoire est chez vous implacable, inhumaine , VOLT. , Orphel. V, 2
Les plus implacables haines n'ont pas souvent des fondements plus importants , VOLT. , Zadig, 4
XVIe s.
Quand on vous découvriroit implacable, tenant vostre coeur [rancune] et inexorable , CARLOIX , I, 38
Lat. implacabilis, de in négatif, et placare, apaiser. Sur placare, voisin de placere, voy. PLAIRE.